国立広島・長崎原爆死没者追悼平和祈念館 平和情報ネットワーク GLOBAL NETWORK JapaneaseEnglish
 
Select a language / Françaises (French・フランス語) / Video testimonial (Regarder les témoignages vidéo des survivants du bombardement atomique)
IDANI Shuichi (IDANI Syuichi)
Sexe Masculin  Age de radiation de la bombe atomique 16 
Date de l'interview 2009.11.5  Age au moment de l'interview 80 
Lieu de radiation de la bombe atomique Hiroshima(Distance de l'épicentre :1.0km) 
Hall site Mémorial national de la paix de Hiroshima dédié aux victimes de la bombe atomique 
Doublage/
Sous-titrage
Sous-titrage 
IDANI Shuichi, 16 ans à l’époque. Il était en quatrième année au Premier Collège de Tottori. Il allait à Hiroshima pour passer l’examen d’entrée de l'École de Comptabilité de l'Armée et fut irradié dans une auberge à Horikawa-cho, à 1km de l’hypocentre. Heureusement il n'a pas été blessé, mais il a souffert de vomissements et de diarrhées. Il se fait des reproches parce qu’il n’a pas pu sauver ses amis. Actuellement il participe à des activités déstinées à montrer aux enfants de la région, mais aussi à des étrangers, l'horreur de la radioactivité. Il espère sincèrement que les armes atomiques seront éliminées.
 
【Le voyage à Hiroshima pour l’examen d’entrée】
Quand je suis entré au collège, comme j'avais une voix forte, on m'a nommé chef de classe. À cette époque, les collèges avaient une organisation semblable à celle de l'armée Comme un sous lieutenant, du matin au soir, je transmettais les ordres. Nous recevions une éducation très marquée par le militarisme. J’avais essayé de passer un concours pour entrer à l'Académie Navale qui était l'école la plus cotée à l'époque, mais j’avais échoué. Comme je voulais absolument servir l’Empereur, parmi les autres écoles militaires, j’avais choisi d'essayer de passer le concours de l'École de Comptabilité de l'Armée. Le concours devait avoir lieu le 6 Août 1945, à Hiroshima. Je m'y suis rendu par le train avec 8 ou 9 camarades de Tottori et un accompagnateur. Lorsque nous sommes arrivés, la veille du concours,  le 5 Août, il faisait déjà sombre. Comme on était en été, je crois qu'il devait être aux  alentours de 8 heures du soir.
 
【Le jour du bombardement atomique】
Ce matin-là, nous avons pris le petit déjeuner, puis l'accompagnateur a dit: « Allons-y ! » Mais tout à coup, une alarme de raid aérien a retenti. J'ai voulu jeter au moins un coup d’œil à ce détestable avion américain j’ai mis mes mains sur le pilier dans le couloir, j’ai levé les yeux au ciel au-dessus du jardin, et, à ce moment-là, un éclair a jailli, puis il y a eu un bruit d'explosion. J'ai été soufflé par l’explosion. De nos jours, on voit souvent, dans des dessins animés, des scène où des gens sont soufflés, et bien, j’ai été soulevé exactement comme cela. Ensuite, je suis retombé et les débris de l'auberge m'ont recouvert, et je me suis évanoui.
 
Bientôt j’ai repris conscience en entendant crier « Au secours ! » Il faisait noir et je ne comprenais rien à la situation. Mais comme il y avait eu un bruit d'explosion, j'ai pensé tout de suite que nous avions été bombardés Là où j'étais, les supports sous les tatamis cassaient et les tatamis s’inclinaient. Comme sur un toboggan, j'ai roulé sur le sol. C'est pourquoi je n'ai ni brûlure ni blessure. Je pensais que c'était un miracle. Sous le plancher, il y avait un trou étroit où les chiens et les chats pouvaient entrer. Je suis sorti par là, complètement nu. j’ai allongé un bras et j'ai tiré mes vêtements. Si j’avais été de plus forte constitution, je n’aurais pas pu passer par ce trou.
 
Quand je suis sorti, quelques amis étaient déjà là. J’étais debout sur des tuiles et j'ai regardé de tous les côtés. J’étais sans doute sorti le dernier. L’accompagnateur avait mis quelque chose comme une chemise comme bandage autour de sa tête; il devrait être blessé à la tête. Ce qui m'a surpris, c'est que les autres n’avaient pas de blessures. En fait, un seul d'entre nous a été blessé. Il est rentré à Tottori, porté sur le dos par un camarade. Il a survécu jusqu'à l'année dernière. Mais le camarade qui l'avait porté est mort d'une maladie due à l'irradiation aiguë.
 
Nous nous sommes enfuis, pieds nus, vers un endroit où il n’y avait pas d'incendie. Bien qu'il y ait eu du verre cassé, pourquoi n'a-t-on pas eu les pieds blessés par les débris ? Bien que nous ayons marché dans les flammes pour nous échapper, en versant l'eau d'extinction sur la tête, pourquoi n’ayons-nous pas eu de brûlures ? C'était vraiment très étonnant. Sur le chemin, nous avons entendu quelque’un crier « Au secours », alors j'ai essayé de le sauver. Je l'ai attrapé par la main, et sa peau s'est détachée comme si c'était un gant. Ensuite, nous avons vu un soldat, debout, portant seulment un fundoshi [cache-sexe], nous avons vu beaucoup de choses, mais, moi, j’ai presque tout oublié. En tous cas, nous courrions loin des incendies.
 
Nous avions probablement passé le pont de Tsurumi, il y avait des prairies et là, nous nous sommes couchés sur le dos. Juste à ce moment-là, j'ai vu pour la première fois les nuages atomiques dans le ciel. Jusque là, je gardais les yeux baissés, et je ne savais donc pas que les nuages étaient là-haut. Seulement quand je me suis couché et tourné ver le haut, j'ai vu les nuages au-dessus de moi au ciel. Les nuages étaient d'un gris souris, ils étaient gonflés, avec des touches brillantes, comme irisées.        
 
Soudain, il a commencé à pleuvoir. Tous les bâtiments et les arbres avaient brûlé, tout ce qui pouvaient faire de l'ombre avait disparu. Le soleil dardait ses rayons, la pluie me semblait bienfaisante, et j'en ai bu, la bouche ouverte. Ce n'était pas suffisant et j’ai tiré de l’eau à un puits dans les champs et j'en ai bu, et, tout de suite, j'ai eu des vomissement et de la diarrhée. Un de mes camarades en a bu aussi, mais il n'a eu ni diarrhées ni vomissements. J'ai discuté avec lui de ce que nous devions faire.  Il venait de la campagne de Tottori. Quand il a dit « qu'est-ce qu'on va faire ? » dans son dialecte, un soldat qui passait l'a entendu. Ce soldat venait de Tottori. En disant : « Vous aussi venez de Tottori », il nous a invité à venir chez lui pour nous reposer un peu.
 
【Après l’irradiation】
La maison du soldat était probablement de l'autre côté de la colline de Hijiyama. Là, il y avait beaucoup de bâtiments endommagés mais qui n’étaient pas tombés. Si le soldat ne nous avait pas recueillis, je ne sais pas ce que nous serions devenus parce que nous n'avions rien à manger ni d’endroit pour dormer Comme j’étais malade, je restais couché.  Dès que je mangeais, je vomissais, je ne tenais pas debout et j'étais sans force. Pendant la nuit, flottait l'odeur des cadavres que l'on brûlait. En voyant les bûchers pour brûler des cadavres, je croyais que tous étaient morts. Un autre camarade est allé explorer la ville et nous a raconté ce qu’il avait vu. Comme prévu, la ville était anéantie. Bizarrement, ce camarade, lui, était en forme; il est allé à la mairie chercher pour nous un certificat d’irradiation. Avec ce certificat, nous avons pu rentrer à Tottori par le train, gratuitement. C’était le quatrième jour.
 
【Retrouvailles avec la famille】
Depuis la gare, je suis parti à pied vers la maison. Comme la maison d'autres membres de ma famille se trouvait à mi-chemin, je m’y suis arrêté. Ils ont été très étonnés. Ils ont téléphoné chez mes parents et mon frère aîné est venu me chercher. Il a regardé fixement mes pieds, comme si j’étais un fantôme. Il m'a porté sur son dos jusqu’à la maison. Là, sur l’autel bouddhique, il y avait une bougie, parce que j’étais censé être mort. Assis agenouillé danvant l’autel, j'ai dit, en saluant  comme un soldat, « Me voilà maintenant rentré. Pardonnez-moi de vous avoir causé du souci. » D'après ce qu'ils m'ont dit, ma mère et mon frère devaient partir le lendemain matin à Hiroshima pour recueillir mes os. Si j'étais revenu un jour plus tard, ils auraient subi l'irradiation secondaire. J’ai entendu dire que les gens irradiés sont morts de cancers ou en crachant du sang.  Je suis saisi de peur quand je pense que ma mère et mon frère pourraient être comme eux.
 
【Séquelles de l'irradiation】
Revenu à Tottori, j’avais souvent de fortes fièvres. On disait que c'était le syndrome d'irradiation aigüe. Bientôt la guerre a pris fin, nous étions battus. Je réfléchissais à ce que je devais faire en faisant ce geste là et tout d'un coup une poignée de cheveux sont tombés. Mais, cela n'a pas été si important. Qu'est-ce que le Japon allait devenir ? Qu’est-ce qu'on pouvait faire si l'armée américaine débarquait ? Je ne pensais qu’à ça. Je croyais que la situation du Japon deviendrait bientôt désespérée. Et je commençais à faire des cauchemars des séquelles immédiates du bombardement atomique. Et j’avais du mal à dormir. Enfin, on m'a transporté sur un volet à l'hôpital de la Croix-Rouge.
 
En ce temps-là, tous les médicaments avaient été donnés à l'armée, donc les hôpitaux privés n’en avaient pas. Par conséquent, le médecin m'a proposé une transfusion de sang et il a lancé un appel à tous mes amis. Des dizaines d'amis sont accourus à l'hôpital en retroussant leurs manches. Je suis du groupe A, donc tous ceux du groupe A et du groupe O, soit une douzaine de personnes, dont le médecin, m'ont donné leur sang. Je crois que leur sang circule toujours dans mon corps, et que grâce à ça, je vis encore aujourd’hui. Finalement, la fièvre a baissé. Malgré la chaleur, mes amis allaient jusqu’au port, loin, en vélo, avec un seau, pour chercher de la glace pour rafraîchir le poisson. Ils gardaient également mes petits frères et sœurs. Grâce à leur aide, ma mère a pu me soigner constamment. Je crois que mes amis m'ont sauvé la vie.  
 
【Peur de la radioactivité et espoir de disparition des armes nucléaires】
Beaucoup de gens ont été sauvés en abandonnant parents ou frères et sœurs. Dans mon cas, je n'avais passé qu'une nuit avec mes camarades, malgré tout, je continue à me reprocher d'être le seul survivant. Les gens qui partagent ce sentiment se passionnent pour le mouvement contre l'arme atomique.
 
Parfois il m'arrive de parler à des enfants dans les centres communautaires, mais les enfants ne savent rien de la bombe atomique. Il savent comment la bombe atomique a explosé, et le fait que des asticots grouillaient sur les brûlures et les blessures des victimes. Et des étudiants disent qu’ils ont déjà entendu ce genre de récit. Mais ils ne savent rien sur la radioactivité. Et alors là, ils écoutent attentivement. C'est ainsi que j’ai compris qu'il fallait raconter non seulement la bombe, mais donner des détails sur les effets de la bombe. Je leur demande toujours d’écrire leurs avis sur mon discours. Je suis heureux de voir qu’ils comprennent bien l'horreur de la guerre, et aussi qu’ils comprennent que le plus effrayant dans la bombe atomique est la radioactivité.
 
J’en ai fait aussi l'expérience lors d’une visite aux États-Unis. Ils ne savaient pas la vérité sur la radioactivité, parce qu'elle est cachée. Ils pensaient seulement que c'etait une bombe puissante. Mais maintenant, ils comprennent que ce n’etait pas qu'une bombe puissante, mais une arme qui produit de la radioactivité. Et nous savons aussi partout dans le monde que le patrimoine génétique est aussi affecté par les rayonnements. 64 ans après, on commence à avoir ce genre de connaissance partout dans le monde. Je pense que c'est grâce au mouvement mondial pour l’interdiction des armes atomiques. Ceux qui ont l'expérience de l’irradiation, comme nous, vont un peu partout pour en parler. Je l’ai fait environ 8 fois. Je pense que cette activité ait changé la perception des gens dans le monde, et j’en suis heureux. Nous souhaitons sincèrement que l’élimination des armes atomiques se réalisera pendant toute la durée de notre vie.
 
Traduction : Rie INABA・Lise LELIEVRE
Supervision : Ryohei KAGEURA
Coordinateur de la traduction : NET-GTAS (Network of Translators for the Globalization of the Testimonies of Atomic Bomb Survivors)
 
 
 

Tous droits réservés. La reproduction non autorisée des photographies ou articles de ce site est strictement interdite.

HOMEに戻る Top of page
Copyright(c) Hiroshima National Peace Memorial Hall for the Atomic Bomb Victims
Copyright(c) Nagasaki National Peace Memorial Hall for the Atomic Bomb Victims
All rights reserved. Unauthorized reproduction of photographs or articles on this website is strictly prohibited.
初めての方へ個人情報保護方針
日本語 英語 ハングル語 中国語 その他の言語